La Basse-Cour
Ici nous formons un arc-en-ciel d'horizons divers et d'enrichissements mutuels.
La Basse-Cour
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

La Basse-Cour

Forum de Partage d'Expériences, Conseils et Informations sur le Petit-Elevage, poules, canards, oies, cailles, dindes, lapins.... Poules en villes, Poulailler urbain.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-33%
Le deal à ne pas rater :
Antivol en U pour vélo avec câble [Vente Flasch]
13.05 € 19.56 €
Voir le deal

 

 POULE FICTION 5

Aller en bas 
AuteurMessage
vlaotchoz
Langue pendue


Nombre de messages : 1581
Localisation : sud ouest de la France
Date d'inscription : 22/02/2005

POULE FICTION 5 Empty
MessageSujet: POULE FICTION 5   POULE FICTION 5 EmptyMer 25 Mai - 17:39

Pour garder un repère temporel, je me fie aux ravitaillements. Lunette ou sa femelle (je ne sais pas d’où je sais sa fonction à celle là… sans doute l’instinct) ouvrent et ferment notre geôle à longueur de temps pour nous inspecter et faire des commentaires souvent désobligeants mais ils ne rechargent pas la nourriture et la boisson à chaque fois. J’ai émis l’hypothèse qu’ils devaient renouveler l’opération deux fois par jour et, si je ne suis pas dans l’erreur, il doit s’être écoulé près de quinze jours depuis notre incarcération.
Nous commençons à être à l’étroit dans la turne et une odeur d’ammoniac, au début supportable, est devenue suffocante. Nos deux gardiens ont beau nous coller dans des caisses périodiquement pour nettoyer notre résidence principale, une fois replacés, trois chiures et ça redevient l’enfer.
Depuis le début, trois de mes frères et un pattencoin sont morts de ne plus avoir envie de vivre. Faut dire que je les comprends. Il m’est arrivé plusieurs fois de penser au suicide. Je me suis retenu de respirer mais au moment de trépasser, j’ai craqué et j’ai inspiré goulûment l’atmosphère dantesque qui nimbe notre quotidien. Une fois, je me suis posté près de la porte et j’ai guetté l’ouverture pour me lancer dans le vide. Lunette s’est ramené et, lorsque mes yeux ont pointé vers le bas, devant le précipice vertigineux, tout s’est mis à tourner. J’ai hésité à vomir mais je me suis contenté de chier encore plus mou que d’habitude avant de m’enfuir lorsque les doigts de Lunette se sont approchés.
C’est curieux, ce truc là… les ogres qui nous gardent et nous nourrissent ne nous font aucun mal. Au contraire, ils semblent prendre soin de nous. Pourtant, dès qu’un quelconque de leurs appendices s’approche de nous, nous paniquons et nous nous tapissons le plus loin possible de leur présence. Etonnant, d’autant qu’ils puent nettement moins que nous. C’est comme si ils déclenchaient en nous une répulsion instinctive… comme si ils allaient nous manger et que nous fuyions dans l’espoir que ce ne soit pas encore notre tour. J’ai trop d’imagination en fait et cette peur irraisonnée est sans doute irrationnelle.
Il n’empêche que je n’ai pas eu le cran de me supprimer et que je n’en suis pas plus fier que ça. Maintenant, non seulement je vis une existence carcérale qui me mine mais en plus je me fais honte.
Pour apaiser ce sentiment d’humiliation, j’ai attaqué un pattencoin deux fois plus gros que moi. Je l’ai approché par derrière et niak, j’ai battu des ailes, décollé de quatre centimètres et planté mon bec dans son dos ! Trop fort !
Manque de bol, en se retournant, il m’a envoyé valser à l’autre bout de la boîte et s’est mis à me poursuivre dans le but évident de me battre à mort. Je n’ai dû mon salut qu’à ma présence d’esprit qui m’a fait me jeter entre les pattes de ses semblables qui m’ont ignoré et qu’il n’a pas osé affronter à un contre six. Ah le minable lâche !
Le canard est un foie jaune et, s’il n’était que moi, il finirait en terrine !

J’arrive pas à me lier à mes semblables. J’arrive déjà pas à distinguer les filles des gars alors que chez moi je sens bien que la testostérone prend le pas sur les oestrogènes.
T’ain de dieu, j’aurais un kilo de plus, j’attaquerais tout ce qui porte crête et je te niquerais tout le reste sans état d’âme !
Comme disait Bergson : « Soit tu les niques, soit t’es baisé. »
Revenir en haut Aller en bas
cébonstruclà
Langue pendue
cébonstruclà

Nombre de messages : 1739
Localisation : un peu en bas
Date d'inscription : 02/03/2005

POULE FICTION 5 Empty
MessageSujet: Re: POULE FICTION 5   POULE FICTION 5 EmptyMer 25 Mai - 17:53

;quoi?; ;quoi?; ;quoi?;
POULE FICTION 5 Autre062 POULE FICTION 5 Autre062 POULE FICTION 5 Autre062

quelle activité!!!
le potager est fini? ange
Revenir en haut Aller en bas
vlaotchoz
Langue pendue


Nombre de messages : 1581
Localisation : sud ouest de la France
Date d'inscription : 22/02/2005

POULE FICTION 5 Empty
MessageSujet: Re: POULE FICTION 5   POULE FICTION 5 EmptyMer 25 Mai - 17:56

Nan ! POULE FICTION 5 Cole9re2
Mais à c't'heure ci on voit pu clair, alors... ;etone26;
Revenir en haut Aller en bas
Evelyne
Langue pendue
Evelyne

Nombre de messages : 447
Localisation : Lac Kénogami, Québec
Date d'inscription : 25/04/2005

POULE FICTION 5 Empty
MessageSujet: Re: POULE FICTION 5   POULE FICTION 5 EmptyJeu 26 Mai - 11:00

;autre113; Ça sent comme dans le poulailler des poussins chez moi, comme quoi c'est partout pareil
POULE FICTION 5 Autre062 POULE FICTION 5 Autre062 POULE FICTION 5 Autre062
Revenir en haut Aller en bas
lacstjean
Poule semi-sauvage dure à convaincre
lacstjean

Nombre de messages : 20471
Age : 71
Localisation : Québec, Lac St-Jean et Ignace, Ontario
Date d'inscription : 24/02/2005

POULE FICTION 5 Empty
MessageSujet: Re: POULE FICTION 5   POULE FICTION 5 EmptyVen 27 Mai - 0:09

Ça sent le sous-sol quoi! :mrgreen:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




POULE FICTION 5 Empty
MessageSujet: Re: POULE FICTION 5   POULE FICTION 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
POULE FICTION 5
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Basse-Cour :: Pause Café :: A coup de plumes-
Sauter vers: