La Basse-Cour
Ici nous formons un arc-en-ciel d'horizons divers et d'enrichissements mutuels.

La Basse-Cour

Forum de Partage d'Expériences, Conseils et Informations sur le Petit-Elevage, poules, canards, oies, cailles, dindes, lapins.... Poules en villes, Poulailler urbain.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Volcan en Islande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ti-Noël
Langue pendue


Nombre de messages : 4147
Age : 54
Localisation : Québec,
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Volcan en Islande   Ven 16 Avr - 21:01

ca vous dit quoi cette éruption volcanique en Islande?
le nuage de cendre s'étend jusqu'en Europe.......................

va faloir relire notre post qui traitait des différentes facon de subsister en cas de grande catastrophe.

Je sais , faut pas s,allarmer pour ca, mais gardons toujour a l'idée qu'une bonne fois ca sera la bonne, et ceux qui seront prèt a y faire face seront choyé................................

faut pas trop pensé a ca.....................
Revenir en haut Aller en bas
StephaneD
Langue pendue


Nombre de messages : 6454
Localisation : St-Georges-de-Windsor
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Ven 16 Avr - 21:05

C'est superbe hein? Vraiment, la nature est capable de magnifiques choses! C'est aussi la preuve que l'égo de l'humain est complètement exagéré quand il croit pouvoir "vraincre" cette nature! Un simple soubresaut de la croute terrestre qui s'ouvre un peu pour laisser passer la pression et hop! pu d'avion dans le ciel!!!
Revenir en haut Aller en bas
Ti-Noël
Langue pendue


Nombre de messages : 4147
Age : 54
Localisation : Québec,
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Ven 16 Avr - 21:10

cé drole mais moi je m'inquiete plus de savoir ce qui peut arrivé si une telle éruption devenait expodentiel, que de savoir que les compagnies aériennes perdent 200 millions par jour........................
Revenir en haut Aller en bas
StephaneD
Langue pendue


Nombre de messages : 6454
Localisation : St-Georges-de-Windsor
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Ven 16 Avr - 21:14

Ce n'est rien de nouveau que ce genre d'éruptions, il y en a tous les ans, d'aussi grosses, seulement, dépendamment d'ou elles sont, elles ont un impact plus ou moins grand sur les humains. La planète elle s'en porte très bien, il n'y a que nous qui en "souffrons" vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
lacstjean
Poule semi-sauvage dure à convaincre


Nombre de messages : 16390
Age : 67
Localisation : Québec, Lac St-Jean et Ignace, Ontario
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Sam 17 Avr - 0:31

En effet, absolument rien de nouveau sous le soleil! Il y en a régulièrement de ces éruptions en Islande. Il y a quelques années, une de ces éruptions s'est produite carrément sous un énorme glacier. Ça a fait bouillir la marmite pas à peu près! Une énorme partie du glacier avait fondue, entraînant de monstrueuses coulées de boues. Mais l'Islande a l'avantage d'être très peu peuplée, alors habituellement, les éruptions se passent en douceur!
Par ailleurs, pas vraiment de quoi être effrayé par le volcanisme. Il a toujours fait partie de la vie de la Terre, au même titre que la pluie où les vents. Oui, certains volcans peuvent projeter de gros tonnages de cendres dans la haute atmosphère, mais...ça a toujours eu lieu. Très souvent d'ailleurs ce nuage de cendre fini par être présent tout le tour de la Terre. Il forme alors comme un couloir de cendres qui peu prendre pas mal de temps à se redéposer.
Non, pour le volcanisme, à moins d'être assez près du volcan pour mourrir sous les coulées de laves ou de cendres, ou de gaz, tu ne risques pas grand choses sauf peut-être un peu d'irritation des muqueuses respiratoires lors de la retombée des cendres si tu es fragile.
Par contre Ti-Noel.....si on continue à réfléchir dans le sens où tu le mentionnes, c'est-à-dire, une VRAIE catastrophe. Tu sembles croire que certains seraient plus prêts à affronter un truc pareil que d'autres. Moi, je suis très très très sceptique là-dessus. Je m'explique. Prenons juste une grosse météorite qui nous splashe sous le museau. Nous voilà de retour à la période d'extinction des dinausores. Pourquoi se sont-ils éteints? Parce qu'alors le nuage de cendres expulsé dans l'espace autour de la planète a COMPLÈTEMENT caché le soleil. Résultat: T'as beau être prêt mur à mur, plus de soleil, plus RIEN ne pousse! Tu nourris tes animaux qui te nourrissent comment? Alors, ne t'en fais pas avec ça, car veux, veux pas.....tu crèves comme tout un chacun. Ne restera comme d'habitude que des insectes, quelques rats pis des bactéries qui s'occuperont de refabriquer une nouvelle Terre. Ainsi va la vie!
Revenir en haut Aller en bas
Ti-Noël
Langue pendue


Nombre de messages : 4147
Age : 54
Localisation : Québec,
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Sam 17 Avr - 1:10

ouais, vu comme ca................................. ange

" ma catastrophe" je la vois mois grosse que celle des dinosaures, mais évidamment si elle y ressemble, ca va clancher...................... :*jackot*:


en écrivant mon post je pensais plutot a l'anné 1816, année sans été, qui en a fais souffrir plus d'un................................mais bon, personne ne peut prédir l,avenir.

:tchin:
Revenir en haut Aller en bas
Cot-cot
Langue pendue


Nombre de messages : 2848
Localisation : Région de Lotbinière
Date d'inscription : 07/08/2008

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Sam 17 Avr - 23:46

Ti-Noël a écrit:
je pensais plutot a l'anné 1816, année sans été,

:tchin:

Suite à la lecture du post de Ti-Noël avec Ti-mari et les filles voici la question que j'ai posée: ''Qu'est ce qui est arrivé en 1816 pour que lété passe tout droit?

Ma grande à répondu: ''À part que des ti-vieux qui sont nés? :trouille2:
Revenir en haut Aller en bas
StephaneD
Langue pendue


Nombre de messages : 6454
Localisation : St-Georges-de-Windsor
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Sam 17 Avr - 23:53

Cot-cot a écrit:
Ti-Noël a écrit:
je pensais plutot a l'anné 1816, année sans été,

:tchin:

Suite à la lecture du post de Ti-Noël avec Ti-mari et les filles voici la question que j'ai posée: ''Qu'est ce qui est arrivé en 1816 pour que lété passe tout droit?

Ma grande à répondu: ''À part que des ti-vieux qui sont nés? :trouille2:
Y'a eu une contraction du calendrier, au premier avril y'a un tit drole qui a volé les mois de mai, juin, juillet et aout! faque le 1er septembre a suivi directement le 30 avril!
Ca a aussi eu un effet bizarre, les mois de septembre, octobre, novembre et même décembre ont été assez chauds avec une canicule en novembre!
Revenir en haut Aller en bas
cachoux
Langue pendue


Nombre de messages : 1948
Date d'inscription : 07/07/2009

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Dim 18 Avr - 0:07

La je ne te suis pas.....!
mais ca fait reflechir toutes ses catastrophes....meme je me souviens d'avoir vu des gens aux E-U qui s'affirmaient autosuffisants , gardaient leur nourriture dans des gros pots de verre dans des bacs...si la terre tremble trop, qu'arrivera-t-il aux pots de verre vous pensez? Ils disaient que la nourriture genre legumineuses et riz se conserve mieux que dans le plastique, mais c'est pas a l'epreuve des secousses! Pis a bien y penser si beaucoup de gens meurent tout autour , je ne suis pas sure de vouloir survivre et voir tout ces cadavres, et de rester avec tres peu de survivants, voir peut-etre aussi mourir mes enfants...
Revenir en haut Aller en bas
Ti-Noël
Langue pendue


Nombre de messages : 4147
Age : 54
Localisation : Québec,
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Dim 18 Avr - 8:00

les cadavres sont assez distencé en campagne. ange

pour entreposer des réserves,il existe des boites de conserve en métal, genre sirop d'érable, sauf que cé un peu petit pour voir plus grand.
La compagnie Dominium Grimm, fabricant de produit pour l'acériculture a en vente des genre de bidon en acier inoxydable avec couvercie refermable , et étanche par un mécanisme de pression sur le couvercle. Ca fais 3 ans que je regarde ce contenant, mais le $300,00 qu'il coute me répugne un peu........................................
Je recherche ce que j'avais lu sur l,année 1816 et je vous le met ici.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ann%C3%A9e_sans_%C3%A9t%C3%A9


toute cette crise mondiale a cause d'un seul volcan.

voila a ce que je faisais allusion dans ce post, on ne peut pas survivre a une catastrophe qui dure 50 ans , mais on peu tres bien survivre a une catastrophe qui dure 2 ans.
Revenir en haut Aller en bas
StephaneD
Langue pendue


Nombre de messages : 6454
Localisation : St-Georges-de-Windsor
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Dim 18 Avr - 9:19

Il faut aussi savoir que la cendre volcanique est, une fois refroidie, souvent très fertile et permet, par la suite, une croissance exceptionnelle des végétaux!
Revenir en haut Aller en bas
lacstjean
Poule semi-sauvage dure à convaincre


Nombre de messages : 16390
Age : 67
Localisation : Québec, Lac St-Jean et Ignace, Ontario
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Dim 2 Mai - 11:38

Tiens Ti-Noel, de la lecture pour toi. Je te transfère ce e-mail que j'ai reçu d'une amie Brésilienne, Carla Cristina Daher, scientifique vivant à Paris et oeuvrant aussi à la protection des peuplades indigènes du Brésil. Tu pourras voir que tout le monde scientifique n'est pas d'accord avec les théories alarmistes concernant le réchauffement de la planète.


---------- Message transféré ----------
De : Cristina Daher <carlacristina.daher@gmail.com>
Date : 2 mai 2010 16:08
Objet : Al Gore
À : Patrick MARANDET <patrick_marandet@hotmail.com>



Al Gore au Pays des Mensonges
Le Giec, organe de propagande onusien

Fin 2007, Albert Arnold Gore Junior et le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec ou IPCC pour les anglophones) reçoivent conjointement le prix Nobel de la Paix « pour leurs efforts visant à renforcer et propager la prise de conscience des changements climatiques dus à l’homme… ». L’attribution de ce prix entérine ainsi un postulat qui ne fait pas consensus parmi la communauté scientifique bien que l’on nous assène le contraire, et envoie un signal fort à l’ensemble de la communauté internationale par sa portée symbolique et médiatique. Le débat qui oppose les tenants de la thèse du Giec aux scientifiques sceptiques quant au réchauffement climatique dû à l’activité humaine est pourtant loin d’être clos.

Le Giec est un organisme qui a été créé en 1988, à la demande des gouvernements des pays les plus riches, par le Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE) et l’Association Mondiale Météorologique, et placé sous la responsabilité de l’ONU. Parce que c’est un organisme gouvernemental, la nomination de ses membres est politique et ne répond pas à des critères strictement scientifiques. Il « a pour mission d’évaluer […] les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. […] Il n’a pas pour mandat d’entreprendre […] de suivre […] d’autres paramètres pertinents. ».

Ses attributions sont ainsi clairement établies et strictement fixées dans ses statuts. Depuis, le Giec s’emploie à démontrer l’incidence de l’action humaine sur le climat en négligeant tous les autres facteurs possibles. Il ne fait pas autre chose que remplir la mission qui lui a été attribuée dès sa création. Ce faisant, il centre rapidement ses recherches sur les conséquences possibles des rejets de gaz carbonique issus des combustibles fossiles sur l’évolution du climat.

Dans son livre « Climat de panique », le chercheur à l’École nationale supérieure des mines de Paris, Yves Lenoir, qui milite dans l’association écologiste, Bulle bleue, traite le Giec de machinerie climatocratique. D’après lui, « cette institution […] fonctionne comme une technocratie au sens classique du terme. C’est-à-dire qu’elle génère sa propre légitimité, invente un discours qui lui donne raison […] Le tout sans aucun contrôle démocratique. […] le Giec, comme la plupart des institutions onusiennes, bâtit des projets scientifiques à long terme destinés d’abord à lever des fonds. »

Cet organisme regroupe près de 2000 membres, des experts en économie, sociologie, biologie, botanique, etc, étudiant chacun dans son domaine les conséquences d’un changement climatique, mais aussi des bureaucrates, des conseillers, des membres de l’ONU. William Schlesinger, membre éminent du Giec, en réponse à une question lors d’un débat, a reconnu que seulement « environ 20% [des membres du Giec] ont quelque chose à voir avec le climat ».

A partir de ces travaux dans les domaines les plus variés, des informaticiens s‘appliquent à établir des modèles théoriques en intégrant de nombreux paramètres très sophistiqués. Pour ce faire, ils prennent en compte un ensemble de facteurs qui comportent de grandes variabilités, tels que des données démographiques, de fécondité, économiques. Et ces modèles se complexifient en se couplant avec d’autres modèles eux-mêmes entachés d’incertitudes (modèles glaciologiques, modèles de cycle du carbone, modèles régionaux, etc.). Compte tenu de la complexité de la science du climat et du grand nombre d’inconnus qu’elle comporte, il est clair pour de nombreux scientifiques rigoureux que le résultat d’un tel exercice ne peut être qu’hasardeux. Cette méthode aboutit à des projections ou encore à des scénarios et non à des prévisions. Le climatologue américain, Richard Lindzen, professeur au Massachusetts Institute of Technology, estime que les prévisions émises par le Giec comportent une marge d’erreur de 400%. Le climatologue américain Gavin Schmidt, cofondateur du blog realclimate.org, estime pour sa part, la marge d’erreur du Giec à 60%. Quoiqu’il en soit, les spécialistes jugent que les modèles établis sont très imprécis et ne peuvent être présentés comme des certitudes.

Les climatologues, seuls véritables spécialistes, ne sont qu’entre 50 et 100 parmi les scientifiques que compte le Giec. Et certains des plus grands noms qui s’y trouvaient ont quitté l’organisme au cours des années, invoquant que le processus était poussé par des objectifs préconçus. Même le vice-président du Giec, Yury Izrael, affirmait en 2003 que : « Toutes les preuves scientifiques semblent soutenir la même conclusion générale, celle que le protocole de Kyoto est cher, inefficace et basé sur de la mauvaise science » et en 2005 : « Il n’y a pas de lien prouvé entre l’activité humaine et le réchauffement climatique » mettant en garde les gouvernements qui seraient tentés de prendre certaines mesures d’ordre politique qui se révèleraient inappropriées. L’hypothèse du réchauffement anthropogénique ne fait donc pas l’unanimité au sein même du Giec. Le rapport scientifique qu’il émet est d’ailleurs en général plus mesuré dans le catastrophisme que le rapport de synthèse à l’usage des décideurs politiques qui est celui qui inspire les médias.

De nombreux scientifiques se sont groupés pour s’opposer au rouleau compresseur de l’organisme onusien qu’ils jugent partisan. L’imposture est, selon eux, de présenter le réchauffement du climat comme inéluctable et sa prétendue cause comme une vérité scientifiquement établie. Ils regrettent le manque de transparence des données qui servent à faire les modèles et le dogmatisme ambiant peu propice au débat. Aux Etats-Unis, l’ancien président de la National Academy of Sciences, Frederick Seitz, a lancé une pétition signée par plus de 17000 scientifiques, dont 2660 physiciens, géophysiciens, climatologues, météorologues et océanographes, des plus grandes universités du monde, remettant en question la thèse du Giec.

Malgré tout ce qui précède, le Giec est considéré comme la référence en matière de climatologie et monopolise la tribune médiatique sur le sujet.

Al Gore, le messie des écologistes

Al Gore a été récompensé à travers ce prix Nobel, pour sa participation active à un documentaire alarmiste « Une vérité qui dérange » sur le réchauffement climatique et dans lequel il joue son propre rôle. Ce film a été couronné par deux Oscars à Hollywood. Al Gore s’est fait, depuis son effacement aux présidentielles devant Bush, le plus fervent prosélyte du dogme « CO2 gaz polluant » et enjoint le monde à l’auto restriction et à une consommation plus écologique. En 1992 déjà, Al Gore avait présidé à Rio de Janeiro la délégation américaine qui participait à la Conférence mondiale sur l’Environnement. Il venait de publier « Earth in balance : ecology and human spirit », ouvrage dans lequel il proposait : « un plan Marshall qui se chargerait à l’échelle mondiale d’une redistribution globale des moyens industriels et d’un contrôle drastique des naissances ». Al Gore, adepte de Malthus, a tout de même quatre enfants ! L. Ron Hubard, le fondateur de la scientologie, a dit que la façon la plus simple de faire de l’argent était de lancer sa propre religion. Al Gore suit le conseil apparemment. Il a quitté la vice-présidence en 2000 avec un actif déclaré de deux millions de dollars, une maison en Virginie et la ferme familiale du Tennessee. Il a depuis amassé 35 millions de dollars à investir à travers le fond Capricorne Investment Group, dont le fondateur Jeffrey Skoll, ancien président d’eBay, est également producteur exécutif du documentaire qui attise l’hystérie climatique. Ce fond investit bien sûr dans des fabricants de produits étiquetés « respectueux de l’environnement ».

Son film et sa version écrite, les tournées de conférences, les militants formés aux présentations PowerPoint, la série de concerts Live Earth, l’activisme effréné de l’ex-vice président des Etats-Unis (plus de 1000 interventions publiques) ont représenté une des campagnes de propagande les plus abouties de ces dernières années. Après son début en 2006 aux Etats-Unis, ce film a été distribué dans 35 pays et a été introduit dans les écoles et les églises. Ce documentaire est pourtant argumenté à l’aide d’extrapolations douteuses. En 2007, il a fait l’objet d’un jugement de la justice britannique saisie par le directeur d’un lycée du Kent qui contestait la diffusion du film dans le cadre scolaire, l’accusant de faire du lavage de cerveau. Le tribunal a répertorié une dizaine d’affirmations erronées dans le documentaire mais a autorisé, malgré celles-ci, la présentation du film dans les écoles, accompagnée du conseil aux enseignants de mettre en évidence que le film est une œuvre politique qui ne montre qu’un seul point de vue.

Al Gore enjoint sans relâche les Etats-Unis à se fixer pour but de diminuer considérablement la consommation d’énergies fossiles au prix d’un accroissement massif des énergies renouvelables. Lors d’une tournée en octobre 2006, Gore avait même appelé à soumettre les foyers domestiques au même type de système de quotas d’émission que celui mis en place pour les entreprises, un système qu’il a baptisé « Association des hypothèques neutres sur le carbone ». Dans une de ces récentes déclarations fracassantes, il a qualifié « d’impératif moral » l’adoption par le Congrès d’une loi sur l’énergie. Pourtant, dans son film, on le voit voyager en avion en classe affaire ou se déplacer en 4X4, les deux produisant beaucoup trop de gaz carbonique selon ses propres critères. Et d’après le Centre de recherche politique du Tennessee, la propriété du zélote de l’environnement consommerait plus d’électricité en un mois qu’un foyer américain en un an. A cette critique il fut répondu qu’il compensait en achetant des swaps sur le carbone …ce sont des droits à polluer. Impératif moral, a-t-il dit ?

Il y a une chose qui n’est pas précisé dans le film mais qui donne un éclairage à l’engagement d’Al Gore : il possède avec son associé David Blood, un fond d’investissement, le « Generation Investment Management [GIM] » dont la spécialité est de spéculer sur les marchés de droits d’émission de carbone. Le GIM a donc été spécifiquement établie pour profiter financièrement de nouvelles technologies et solutions combattants le réchauffement climatique. Le film d’endoctrinement d’ « Al Carbone » va donc dans le sens de ses intérêts financiers personnels. Il met de la sorte en application la thèse qu’il défend selon laquelle « les mécanismes de l’économie de marché étaient les mieux à même de résoudre les questions environnementales ». Plus surprenant encore, l’activiste pourfendeur des combustibles fossiles est vice-président d’une grosse société qui manufacture, entre autres, des tuyaux et raccords pour les conduites de pétrole et de gaz, la société ACIPCO [Iron Pipe Company American Cast].

Le GIM a conclu un partenariat avec Kleiner Perkins Caulfield & Byers,(KPCB) une société de capital-risque pour trouver, financer et accélérer les entreprises « vertes ». Al gore gagne de l’argent en faisant la promotion des investissements qui portent l’imprimatur KPCB. Mais KPCB n’investit pas seulement dans les industries « vertes ». Dans son porte-feuillle, on trouve GreatPoint Energy, Terralliance Technology ainsi que GloriOil, des sociétés liées à l’exploitation du pétrole. Il semble que Al Gore, l’homme qui déteste les énergies fossiles, ne soit pas trop regardant sur les investissements de son partenaire.

Dans un discours, l’ancien Vice Président a exhorté la nation « à s’engager dans la production de 100% de notre électricité à partir d’énergie renouvelable et véritablement propre exempte de sources de carbone en moins de 10 ans. » Gore a reconnu que la réalisation de son objectif ambitieux sera difficile : « Pour être sûr d’atteindre l’objectif de 100% renouvelable et véritablement propre électricité dans 10 ans, il nous faut surmonter de nombreux obstacles. » Ironiquement, l’un des nombreux obstacles n’est autre que Gore lui-même qui continue d’avoir un intérêt financier dans les combustibles fossiles tout en travaillant à mettre fin à la dépendance des états-uniens et du monde envers le pétrole.

Lehmann Brothers était la banque du GIM et a publié un long rapport « The Business of Climate Change » qui prévoyait l’évolution du climat d’ici à 2100 et faisait des projections des conséquences économiques et financières de ce changement plusieurs décennies dans le futur. Il montrait les profits élevés attendus grâce aux subventions publiques considérables engendrées par le système du Protocole de Kyoto. Ce document a eu un grand écho parmi les leaders politiques, dans les mass media et, les Verts l’ont utilisé comme preuve du bien-fondé de leurs positions. Ses sources et références ont été reprises dans le quatrième rapport d’évaluation du Giec en 2007. Le consultant scientifique de Lehmann Brothers était James Hansen, directeur à la NASA de l’Institut Goddard pour les Études Spatiales et père de la théorie de l’effet de serre. Il était aussi président du conseil d’administration de l’Alliance pour la Protection du Climat dont le directeur général est Théodore Roosevelt, figurant lui-même comme Managing Director de Lehmann Brothers et président du Pew Center for Global Climate Change. Il n’est donc pas surprenant que depuis quelques années, Lehmann Brothers ait considérablement investi dans le business du Carbon Trading. Lehmann Brothers qui se targuait de prévoir le temps dans 100 ans n’avait cependant pas prévu sa faillite récente.

En Amérique, il existe un seul marché d’échange des émissions de carbone, le Chicago Climate Exchange [CCX]. Le GIM d’Al Gore en est un important et opportuniste actionnaire. Au conseil de ce CCX siège Maurice Strong. Il est connu comme un important leader environnementaliste, d’origine canadienne. Il a été directeur de la Fondation du Forum Économique Mondial, qui est à l’origine des Sommets de la Terre, d’où vient la théorie du réchauffement climatique d’origine anthropique et également le premier directeur exécutif du PNUE qui donnera naissance au Giec, ainsi que vice-président du World Wide Fund for Nature [WWF]. M. Strong a dirigé la mise en place des protocoles de Rio de Janeiro et de Kyoto. Il a dit en public : « Il est possible que nous en arrivions au point où, pour sauver le monde, la solution sera l’effondrement de la civilisation industrielle ». Paradoxalement, ce chantre de l’environnement et partisan du développement durable a commencé sa carrière dans le milieu du pétrole. A 25 ans, il est déjà vice-président de Dome Petroleum, une société canadienne. Ancien baron pétrolier, il est encore en rapports directs avec Petro-Canada, société pétrolière nationale dont il fut le premier président en 1976. Maurice Strong a maintenant rejoint le Asian Power Group qui investit dans des projets de centrales électriques au charbon en Chine.

Al Gore qui s’est opposé, devant les sénateurs américains, à la construction de toute nouvelle centrale thermique au charbon aux USA, n’est manifestement pas contre le fait que son associé le fasse en Chine. A ce stade, il est utile de rappeler le parcours de notre Prix Nobel de la Paix. Gore Vidal, romancier célèbre et cousin d’Al, raconte que le sénateur Albert Arnold Gore Premier, a été le principal bénéficiaire en son temps de l’appui du magnat du pétrole, Armand Hammer, propriétaire de la Occidental Petroleum Corporation (Oxy), en échange de faveurs politiques et diplomatiques. Cette société fut à l’origine d’un scandale en déversant des milliers de litres de produits toxiques à proximité d’une zone résidentielle de New-York, Love Canal, et causant des anomalies congénitales, des fausses couches et une forte incidence du cancer parmi ses habitants. Oxy est toujours restée liée à son important actionnaire, le trust familial Gore. Al Gore a reconnu avoir détenu jusqu’à 500 000 dollars d’actions de Occidental Petroleum.

Et Oxy canalisa des centaines de milliers de dollars pour la seconde campagne de Clinton/Gore, en échange de quoi, Al Gore facilita à Oxy l’acquisition de droits de forage dans la Elk Hills National Petroleum Reserve, en Californie, propriété de l’état fédéral gérée par la Marine. L’évaluation commandée par le Département de l’énergie qui devait avaliser la vente, a été menée par un directeur de campagne d’Al Gore, Tony Cohelo qui siégeait au conseil de la compagnie privée chargée de cette étude d’impact sur l’environnement. L’acquisition des 47000 acres de Elk Hills tripla les réserves de pétrole de Oxy aux USA. Elk Hills faisait partie des terres traditionnelles de la tribu Kitanemuk et il ne fallut pas plus de cinq ans à Oxy pour raser toute trace des sites archéologiques et cimetières indiens de cette région. Lors de la campagne de 2000 d’Al Gore, les écologistes protestaient contre ses liens avec Oxy. Cette fois, il s’agissait du plan de forage de l’entreprise en Colombie près du terrain sacré de la tribu U’wa. Pendant la vice présidence d’Al Gore, Oxy qui avait dépensé des millions en aide militaire à la Colombie pour protéger ses pipelines des rebelles armés, était poursuivie car des avions de la compagnie avaient été utilisés par l’armée colombienne pour une opération qui avait fait 18 morts parmi les paysans U’wa. En dernier ressort, les 5000 membres de la tribu menacés par les forages menacèrent de se suicider collectivement. Mais Gore refusa de rencontrer le représentant de la tribu venu plaider leur cause à Washington. Finalement, en 2002, après une longue bataille, Oxy se retira mais cela ne fut pas le fait d’Al Gore. Enfin, le Wall Street Journal révélait il y a quelques années que la propriété de Gore, Carthage dans le Tennessee, était située sur une mine de zinc, que son concessionnaire, Pasminco Zinc, versait à la famille Gore de conséquentes royalties et que l’Etat du Tennessee se préoccupait des quantités de baryum, de fer et de zinc déversées dans la Caney Fork River par la mine. Ainsi, il n’y a pas que Bush qui ait eu un parcours catastrophique du point de vue de l’environnement. Et tout comme Bush, près de 30 compagnies gazières et pétrolières – de BP Amoco à Enron, en passant par Exxon et Chevron – ont contribué à la campagne électorale de Gore, ce qui ne l’empêchait pas de défendre un programme « écolo-gauchiste ». Enfin, quand Bill Clinton et Al Gore étaient à la Maison-Blanche, ils ont réussi à conclure l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), traité qui définit les réglementations sur l’environnement comme des « distorsions de marché » illégales relevant des tribunaux. Des détails qui font désordre.

Alors, la question n’est pas seulement de l’hypocrisie de ces personnages mais aussi de leur crédibilité. Gore, Strong, sont-ils des repentis ? Ont-ils eu la révélation tardive de la nécessité de préserver l’écosystème de la planète après une longue carrière éloignée de ce genre de préoccupations ? Que conclure sinon que le véritable enjeu qui se cache derrière le discours « environnementaliste » de certaines personnes est le juteux marché des droits d’émission du carbone ainsi que celui des technologies dites vertes ? Ce laïus pseudo-scientifique semble bien être une intoxication promue par l’ancien vice-président américain et ses complices en vue de créer et de bénéficier d’une nouvelle bulle financière basée sur la spéculation du marché global sur le carbone et sur celui des énergies renouvelables. Ces éco-terroristes manipulent les opinions et font un battage médiatique intensif pour orienter les décisions politiques à l’échelle mondiale de façon à alimenter leur compte bancaire.

Al Carbone et son ami Obama

Les acteurs de ces marchés se mettent désormais en place à Washington pour étiqueter officiellement le CO2 comme un gaz polluant. Ainsi, l’agence américaine de protection de l’Environnement a déclaré récemment les gaz à effets de serre, principalement le gaz carbonique, dangereux pour la santé publique. La promulgation des lois qui taxeront les citoyens pour leurs émanations de carbone suivra à n’en pas douter. Cette décision marque une évolution importante des États-Unis sur la question climatique, laquelle avait été initiée sous la présidence Clinton. Elle signale l’intention des autorités de prendre des mesures réglementaires pour limiter les émissions de carbone.

Obama a déclaré pendant sa campagne : « Notre avenir sur cette planète dépend de notre volonté de relever le défi posé par la pollution carbone. » Marquant ce changement de politique à Washington, dans son premier discours public après son entrée en fonctions, à un sommet avec les dirigeants de l’Union européenne, il dit : « Ensemble, nous devons faire face au changement climatique dans le monde en mettant fin à la dépendance sur les combustibles fossiles par l’exploration de sources d’énergie comme le vent et le soleil, et le lancement d’un appel à toutes les nations pour qu’elles jouent leur rôle. » Et « Avec la nomination d’un émissaire spécial », a dit Mme Clinton, « nous transmettons au monde un message sans équivoque, à savoir que les États-Unis relèveront le défi du réchauffement planétaire et s’attaqueront au problème connexe des énergies propres de manière dynamique, ciblé, stratégique et sérieuse ».

Obama s’est ainsi engagé à relancer l’économie américaine avec une croissance massive de l’infrastructure en énergies renouvelables. Sous la pression de son administration, le réchauffement climatique est maintenant une priorité absolue au Congrès américain et l’administration s’active en vue de parvenir à un texte de loi sur l’énergie propre avant la fin de l’année pour la conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Copenhague. Al Gore sera entendu au Congrès dans le cadre de ce dossier. Pour lui, les États-Unis doivent « restaurer leur crédibilité et arriver à Copenhague, en décembre 2009, avec une autorité renouvelée pour conduire le monde dans l’élaboration d’un traité juste et efficace. Ce traité doit être négocié cette année. Pas l’année prochaine. Cette année ». Il s’est dit très encouragé par la politique environnementale de Barack Obama qui pourrait, selon lui, refaire des « Etats-Unis un des leaders dans le combat contre la crise climatique […] Nous avons tout ce dont nous avons besoin pour nous pencher sur cette question » a déclaré le prix Nobel de la Paix « sauf peut-être de volonté politique. Mais ça, c’est une ressource renouvelable ».

Le présomptueux projet de cette nouvelle administration prévoit une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 20% d’ici 2020 par rapport à 2005, puis de 42% en 2030 et de 83% en 2050. la nouvelle administration plaide pour la création d’un marché fédéral de quotas d’émissions de gaz à effet de serre, dit « cap and trade ». Obama a créé un poste de ministre de l’énergie et l’a confié à Carol Browner, protégée d’Al Gore, qui a dirigé l’Agence de la protection de l’environnement sous la présidence Clinton. Nombre de mesures présentées ont une envergure mondiale : outre la relance du leadership technologique américain, elles prévoient le conditionnement des transferts technologiques Nord/Sud à la signature d’un accord international par les bénéficiaires et la création d’un fonds pour l’adaptation au changement climatique.

Conclusion

La diabolisation actuelle des énergies fossiles, tenues pour responsables d’un réchauffement climatique, lequel est matraqué comme irréversible et catastrophique, est de nature à favoriser les conflits. Des milliards d’humains ont un besoin vital d’énergie abondante et peu chère pour atteindre une qualité de vie minimale que les occidentaux connaissent depuis longtemps. L’environnementalisme tel qu’il est propagé aujourd’hui conduit au sacrifice de populations. Le Dr Patrick Moore, un co-fondateur de Greenpeace qui répudia totalement le mouvement par la suite dit : « Le mouvement environnemental est devenu la plus puissante force qui existe pour empêcher l’essor des pays en voie de développement. (...) Je pense qu’il est légitime que je les qualifie d’anti-humains ».

L’idéologie ainsi diffusée selon laquelle il faudrait réduire les niveaux d’activité économique et de population humaine afin de baisser le taux de dioxyde de carbone dans l’air, est une campagne néfaste pour le Nord aussi bien que le Sud car elle prône la démolition des économies modernes et le maintien dans le sous développement d’une grande partie du monde. Comment des écologistes peuvent-ils cautionner une telle idée ?

Cette propagande, il n’y a pas d’autre mot car elle ne laisse pas la place à ses contradicteurs, ne vise manifestement qu’à manipuler les populations qui, rendues inquiètes et coupables, se laisseront imposer des taxes et réglementations coercitives. L’argent public sera gaspillé dans des politiques coûteuses qui feront prospérer artificiellement les industries et les marchés de certains pays tout en bridant ceux des autres, cette politique de contrôle de l’activité industrielle et économique, imposée par les pays riches aux nations émergentes, ne visant qu’à les empêcher de se poser jamais en concurrentes des multinationales occidentales.

Certes, on ne fera jamais assez de sensibilisation aux effets des activités de l’homme sur son environnement, à commencer par les rejets sauvages des activités industrielles, l’agriculture et l’élevage intensifs qui polluent les sols et l’eau, la déforestation, la diminution de la biodiversité, la surexploitation des mers… Mais cette carbo-phobie occulte les vrais problèmes (dioxines, OGM, PCB, métaux lourds, nitrates, insectides, fongicides…) fabriqués par les multinationales de l’agrochimie, qui génèrent d’énormes profits auxquelles les politiciens n’osent pas s’attaquer sauf par de vagues déclarations d’intentions démagogiques. Bref, les urgences ne manquent pas en écologie et le faux problème du gaz carbonique détourne les regards des vrais sujets écologiques.

Et sous le prétexte noble et séduisant de sauver la planète, des dépenses et des contraintes seront engagées au nom d’une croisade anti-réchauffiste aux résultats infinitésimaux. Les écologistes sincères qui collaborent naïvement à cette idéologie d’inspiration néo-malthusienne feraient mieux de ne pas lutter contre des moulins à vent en se lançant dans la traque monomaniaque d’un gaz naturel émis à plus de 99% par l’environnement lui-même et qui lui est profitable. Les populations du globe vivent déjà au sein de tout un éventail de climat et s’y acclimatent fort bien. Si un réchauffement ou refroidissement climatique vraiment conséquent se produit un jour, il sera produit par des phénomènes naturels puissants et l’homme devra s’adapter comme il l’a toujours fait.
Revenir en haut Aller en bas
cachoux
Langue pendue


Nombre de messages : 1948
Date d'inscription : 07/07/2009

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Lun 3 Mai - 10:09

C'est bien de lire plusieurs versions differentes sur le probleme du rechauffement planetaire!!!! Et ce n'est qu'une partie du probleme.....on voit bien a quel point l'argent prime et primera toujours.....
Chevron a ete poursuivi en cour longtemps pour avoir polluer en Amazonie et contribuer a rendre des centaines de personnes malades, souffrant et mourrant de cancer et leucimie suite a ses exploitation de petrole, qui n'a pas ete nettoyees et a laisser plein de dechets (deversement d'eau usees contaminees par le petrole, barils abandonnes, etc). Les indigenes la-bas ont essayer de se faire entendre en cour , mais Chevron n'y tout lien avec leurs cancers etc.....ces pauvres gens n'ont pas les moyens financiers pour contester contre cette multinationale. C'est triste de voir tout ca, et ca va continuer encore! Pour ces gens-la, c'est une catastrophe, ils mettent au monde des bebes atteintes du systemes nerveux, consequence de l'eau polluee par le petrole et ses derives. C'est triste! Comme nos indigenes d'ici, qui ont ete empoisonnes par le mercure il y a quelques annees. Cela a pris du temps avant que ce soit reconnu qu'il y avait un probleme. Et la compensation monetaire qui en suit n'est qu'une pauvre consolation face a tout ce qu'ils ont perdu....
Je pense qu'on a beaucoup de batailles a gagner, pas juste une course contre le rechauffement!
Revenir en haut Aller en bas
lacstjean
Poule semi-sauvage dure à convaincre


Nombre de messages : 16390
Age : 67
Localisation : Québec, Lac St-Jean et Ignace, Ontario
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Lun 3 Mai - 10:28

Par contre, pour balancer, voici la réponse de mon ami Philippe Bécart, Français d'origine mais avocat au Brésil depuis plusieurs années. Philippe est spécialisé en relations commerciales internationales et sa réponse n'est pas bête du tout.
''tiens on dirait que la "Carbone coalition " refait surface sous une autre forme ..:-)

Il y a des passages qui m'ont fait franchement marrer ..

C'est marrant de voir le manque de logique de l'argumentation : dans un premier temps on reproche au GIEC ne pas être representatif ... que ce sont que 2000 membres et juste100 ou 200 meteorologistes ... et dans les lignes suivantes ...on nous assène,comme une vérité incontestable l'affirmation qu'il y aurait une marge d'erreur de 400% dans les projections du GIEC et cette affirmation émane, non pas de 200 meterologistes ou d'une large communauté scientique, mais d'un seul universitaire.. autrement dit ce qui est contre ma conviction est contestable car elle n'est affirmé que par un organisme regroupant des centaines de chercheure mais ce qui va dans le sens de mes convictions ...c'est admissible même si cela est affirmé par un seul chercheur... un poids... deux mesures

et plus fort m~eme si c'est un détail ...je cite "Bill Clinton et Al Gore étaient à la Maison-Blanche, ils ont réussi à conclure l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), traité qui définit les réglementations sur l’environnement comme des « distorsions de marché » illégales relevant des tribunaux. "

C'est de la pure désinformation ... Bon cela m'a fait marrer car l'un des mes domaines de prédilection c'e sont les relations commerce international et environnement ...Je dois dire qu'il faut que l'auteur de l'article revoit les bases de la liberalisation commerciale et notamment la manière dont y est traité l'environnement ( je renvois les curieux à la lecture attentive de l'article XX du GATT 94 notamment les alinéas b et g et tout ce qui a pu s'écrire sur le sujet ) ... quand il est entré en vigueur l'alena était surement le traité de libre commerce comportant le plus d'avancée en matière environnementale .. je connais peu de traités qui prévoient des amendes ( en millions de dollar pour la premiere année en % du courant commercial pour les années suivantes )pour non adéquation des législations environnementales....


Enfin reprocher l'opportunisme d'investissement de Al Gore d ...c'est risible ... Il est absolument logique et cohérent qu'un type, dès lors qu'il a des ressources financieres, et affirme des "croyances" .... investisse son argent dans les mécanismes auquel il affirme adhérer ... Ce serait le contraire qui serait étonnant ... prêcher une société plus pauvre en GES et qu'il investisse son argent dans le secteur pétrolier ....par exemple..

Les considérations sur Maurice Strong ... sont , au mieux, amusantes ... mais plus proche du déplorable ...Maurice Strong a été, ni plus ni moins, que la personne qui était le Secrétaire Général chargé d'organiser "the Conference on the Human Environment" ... autrement dit... pour ceux à qui ce nom ne parlerait pas .... la conférence de Stockholm de 1972... ... cela fait 40 ans que le bonhomme se consacre à la défense de l'Environnement.. lui reprocher d'avoir travailler dans le secteur pe´trolier ... avant cette période ... et après entre 76/78...c'est au mieux simpliste mais plus proche de la simple malhonneté intellectuelle pour l'un des hommes qui a fait beaucoup depuis des lustres pour la défense de l'Environnement ...

le plus drôle c'est l'utilisation de l'échec (ou son peu d'efficacité) du protocole de Kyoto qui est présenté comme une sorte d'argument montrant la faiblesses des thèses scientifiques sur le réchauffement climatique d'origine anthropique .... C'est un peu comme si on considérait que l'absence d'efficacité des antibiotiques sur les maladies virales prouvaient que l'étude du virus de la grippe était sans fondement .. ce n'est pas parce que l'un des remédes tentés ne fonctionne pas que la maladie n'existe pas


et il y a bien sûr, ensuite, pour faire l'amalgame, le classique sur le fait que le GIEC ignorerait les causes non anthropiques du ( possible) rechauffement climatique ...Le GIEC.... n'ignore pas ces causes ...mais aujourd'hui.... avec les moyens actuels de la science ....on peut agir sur quoi de manière realiste ... ? qui pourra soutenir qu'il est plus réaliste de réduire l'activité solaire que les émanations dues aux transports ?

Et de toute façon, si on considère que le climat est un système en équilibre .... même si les activités humaines ne representent que 1% (ou moins) des émanations responsables de l'effet de serre( sans effet de serre ...il ferait pas chaud sur terre... et le plus gros de l'effet de serre .. cela doit être la vapeur d'eau ..) ... ce petit pourcentage ..peut ( possible je ne saurais l'affirmer) s'avèrer suffisant pour faire basculer le tout et déregler le climat...... c'est l'histoire de la goutte qui fait basculer le vase ...

enfin la derniere phrase ...Mon Dieu ..."Si un réchauffement ou refroidissement climatique vraiment conséquent se produit un jour, il sera produit par des phénomènes naturels puissants et l’homme devra s’adapter comme il l’a toujours fait."

faut il rappeler que les réfugiés climatiques ... c'est pour demain et cela a déjá commencé.... si les scénarios noires se réalisent ... Ce sera une tragédie humaine d'une ampleur sans précédent ...certes l'Humanité devrait y survivre .... mais tout ce qui peut amenuiser le coût humain ... est, pour moi, le bienvenu et souhaitable sans l'ombre d'un doute ... l'homme devra s'adapter ...mais si on pouvait au moins essayer que ce ne soit pas une catastrophe humanitaire ... Ce serait bien ? Non ? ''


Voilà......reste que le tout donne à réfléchir!
Surtout qu'on est en plein dans une autre marée noire de grande ampleur qui aurait facilement pu être minimisée à tout le moins. Car ailleurs dans le monde, les pays exigent l'installation de valves de sécurité sur ce puits en mer, alors que les États-Unis (pays du $$$$$$$$$$) afin de laisser plus d'argent aux pétrolières, ne l'exigent pas! Donc, il n'y en avait pas de valve de sécurité sur ce puit! Dommage hein, car il aurait suffit de tourner la manivelle pour arrêter tout ce déversement!
Par contre......pour une fois qu'ils ne foutent pas leur merde chez les voisins, je me dis....ça leur apprendra......peut-être!
Revenir en haut Aller en bas
Hellcat
Langue pendue


Nombre de messages : 2699
Localisation : Stoke (Québec)
Date d'inscription : 04/03/2005

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Lun 3 Mai - 10:52

En tout cas, a mon échelle a moi (40 et quelques années), je suis convaincu que l'accroissement urbain, l'agriculture intensive a grande échelle, la déforestation, l'augmentation du réseau routier (souvent sur les plus belles terres) et le nombre de véhicule en constante augmentation ont un impact direct sur mon environnement. tout ses chose s'accumule petit a petit et vont finir par faire un contre poid incontrôlable dans l'équilibre des chose actuelle

je peu pas croire que des gens pense encore que le nord américain moyen peu continuer a consommer et polluer a outrance sans qu'il n'y ait aucune conséquence dans un avenir proche ;desaccocd c'est comme conduire un char a 100 a l'heure, droit dans un mur , la musique dans le tapis pis les deux yeux boucher ben dur.

Ce que m'attriste le plus c'est que le pauvre primate très légèrement évoluer que nous somme va devoir en prendre un grand coup sur la gueule avant de réalisé qu'il a chier et pisser partout et qu'il n'a plus rien a manger.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.poulaillerdeville.net
Tranquille
Langue pendue


Nombre de messages : 2504
Age : 53
Localisation : Aveyron - France
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Lun 3 Mai - 11:34

Le volcan, ça peut avoir du bon ...
Blue, qui était en Egype à ce moment-là, à pris une semaine supplementaire de vacances
Toujours dans les bons plans, ma fille


Hellcat : +1, à force de regarder tout en grand, on en oublie un peu notre échelle

"Les petits ruisseaux font les grandes rivières"
Revenir en haut Aller en bas
http://yvespuech.spaces.live.com/default.aspx
lacstjean
Poule semi-sauvage dure à convaincre


Nombre de messages : 16390
Age : 67
Localisation : Québec, Lac St-Jean et Ignace, Ontario
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Lun 3 Mai - 11:34

Tout a fait d'accord Hellcat! En fait, le problème majeur qui nous pend au bout du nez très prochainement, c'est la question de l'eau potable. On la merde si intensément que même au Québec où il y en a des masses d'eau douce, le traitement est une nécessité! On paie par où on a péché!
Revenir en haut Aller en bas
Ti-Noël
Langue pendue


Nombre de messages : 4147
Age : 54
Localisation : Québec,
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Lun 3 Mai - 17:22

ahhhhhhhhhhhhhhhhhhce que je n,aimerais pas voir ce qui va arriver aux générations futures........................................50% et plus de la population mondiale qui va crever a petit feu, en se battant constamment pour rester en vie.

L'animal que nous somme va agir en animal.........................................

dans le film "la planete des singes" ( je sais que cé de la fiction), un singe avait dit a un humain, et je cite: RACE D'INHUMAIN POURIS.

moi j,dis qu,il avait raison. ange
Revenir en haut Aller en bas
StephaneD
Langue pendue


Nombre de messages : 6454
Localisation : St-Georges-de-Windsor
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Lun 3 Mai - 18:36

Je suis d'accord, ce n'est pas QUE l'humain qui contribue au réchauffement, comme ce n'est pas QUE l'humain qui est responsable de la disparition prochaine de la Morue de l'Atlantique. Il en est quand même une cause importante et, comme il a surpêchée cette dernière, elle a atteint un niveau ou elle n'a pas pu se relever des autres pressions qui lui sont tombés dessus et qu'elle aurait du pouvoir supporter. Le climat c'est la même chose! On a remplie la coupe jusqu'au bord et la, une goutte d'eau tombe du ciel, la coupe déborde et on dit que c'est la faute du ciel!!

D'un autre côté, je suis d'accord qu'il ne faut pas focaliser uniquement sur les gaz a effet de serre et que c'est dangereux de ne pas regarder l'ensemble de la destruction par la pollution que nous faisons.

Je suis comme Hellcat, ca ne prend pas un scientifique ben ben intelligent pour mesurer les températures en plein centre de nos villes qui grossissent toujours de plus en plus, et dans des zones équivalents mais forestières! Ca ne prend pas la tête a Papineau pour réaliser que oui, nous avons un impact important et négatif sur notre environnement!

Ca ne prend pas un grand scientifique pour savoir que les mines de nickel en Océanie, les sables bitumineux au Canada, les barrages qui ont asséché des Mers intérieures sont des aberrations! Il est plus que temps que nous cessions de rabaisser ceux qui essaient de faire quelque chose de positif, qu'ils aient complètement raison ou, plus probablement, partiellement raison, et que nous soyons solidaires!

Le volcan est un énorme producteur de gaz a effet de serre mais, nous n'y pouvons rien, alors agissons au moins sur ce que nous pouvons changer!
Revenir en haut Aller en bas
Unautre
Langue pendue


Nombre de messages : 406
Age : 70
Localisation : Stoneham Qué.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Lun 3 Mai - 22:47

l'humain c'est un toto...assez intelligent pour décendre de l'arbre...
mais pas assez intelligent pour y remonté
tout les défauts du monde nomment les ,il les a
c'est les grosses compagnies et leurs profits qui mènent :*jackot*:
tant qu'il va y avoir 1 homme... il va avoir 10 compagnies( dont il est propriétaire) pour lui faire faire de la merde impunément ou sans qu'il le sache
c'est déja conu :*furia*: :*furia*:



;wow; ;wow; ;wow; le golfe du Mexique ;wow; ;wow; ;wow;
Revenir en haut Aller en bas
cachoux
Langue pendue


Nombre de messages : 1948
Date d'inscription : 07/07/2009

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Mar 4 Mai - 10:16

Hier j'ai regarder un reportage sur l'orang-outan, ce pauvre primate qui depend de l'homme maintenant pour survivre, c'etait triste a voir!Il est si etonnant de voir a quel point les grands primates ressemblent terribelement a l'etre humain dans leur agissement. Et si un jour l'humain dependait de quelque autre animal, qui voudrait l'aider? Mais j'y pense, le chien, le cheval, les boeufs, sont tous des animaux qui l'ont aider et vont encore l'aider.....l'etre humain a besoin des betes dont il se nourrit, se vetit etc....ne doit-il pas proteger leur environnement pour sa propre survie?
Revenir en haut Aller en bas
StephaneD
Langue pendue


Nombre de messages : 6454
Localisation : St-Georges-de-Windsor
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Mar 4 Mai - 11:24

Unautre a écrit:
l'humain c'est un toto...assez intelligent pour décendre de l'arbre...
mais pas assez intelligent pour y remonté
tout les défauts du monde nomment les ,il les a
c'est les grosses compagnies et leurs profits qui mènent :*jackot*:
tant qu'il va y avoir 1 homme... il va avoir 10 compagnies( dont il est propriétaire) pour lui faire faire de la merde impunément ou sans qu'il le sache
....

Je ne crois pas que l'humain est un toto ou qu'il a tous les défauts du monde. C'est simplement un animal comme un autre avec une propension a modifier fortement son environnement. Le problème n'est pas qu'il est idiot, toto ou nuisible, le problème c'est qu'il se croit "au dessus" des autres espèces. Ce faisant, il les considère moins importantes pour l'équilibre écologique et les détruit volontairement ou par négligence. Quand l'humain comprendra qu'il fait partie d'un tout, qu'il n'en est qu'une partie, alors il se souciera peut-être plus d'en préserver la plus grande partie!
Revenir en haut Aller en bas
Hellcat
Langue pendue


Nombre de messages : 2699
Localisation : Stoke (Québec)
Date d'inscription : 04/03/2005

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Mar 4 Mai - 13:19

:super:
Ont fait parti de la nature, au même type que les autres espèce, c'est juste que l'ont a une forte tendance a l'oublier
Revenir en haut Aller en bas
http://www.poulaillerdeville.net
ladycaryane
Langue pendue


Nombre de messages : 2692
Age : 39
Localisation : Inverness
Date d'inscription : 19/09/2009

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Mar 4 Mai - 13:54

Hellcat a écrit:
:super:
Ont fait parti de la nature, au même type que les autres espèce, c'est juste que l'ont a une forte tendance a l'oublier

c'est ça je me dis quand je vois les familles en pleine ville, 2 adultes, 3 VUS, qui me disent que c'est ma faute; que c'est mon fumier et mes vaches qui pètent ;qui font de leur villes un enfer à cause de l'effet de serre...... ;finger;
Revenir en haut Aller en bas
Tranquille
Langue pendue


Nombre de messages : 2504
Age : 53
Localisation : Aveyron - France
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Mar 4 Mai - 14:01

:hé!: Mais si, Caro, c'est de ta faute ! :*jackot*:

;ooops; ;bisou;
Revenir en haut Aller en bas
http://yvespuech.spaces.live.com/default.aspx
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Volcan en Islande   Aujourd'hui à 2:03

Revenir en haut Aller en bas
 
Volcan en Islande
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Volcan en Islande
» Eruption en Islande : Le volcan Grimsvoetn
» Palmier volcan ou vulcan palm = Brighamia insignis
» VOLCAN
» Volcan [ADOPTE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Basse-Cour :: Pause Café :: Vingt Milles Lieux sur la Terre-
Sauter vers: